Jump to content

Témoignage stage P2 (médecine)


Tryptophane

Recommended Posts

  • Ancien RM

Bonjour à tous ceux qui me lisent ❤️ 

 

Bon ces témoignages m'ont tellement motivée pendant le confinement l'an dernier qu'il FAUUUUUT que j'y passe à mon tour. En espérant que ça aide certains de vous les poussins, quand vous oubliez (trop souvent) pourquoi vous endurez tout ça... Spoiler : ça vaut le coup.

 

 

Bon petite présentation de ce que je savais avant le stage déjà (ouais je suis organisée tavu) : j'allais être la première semaine en médecin interne à purpan l'après-midi, puis la deuxième semaine en chirurgie colorectale (miam) à rangueil le matin.

J'avais trop peur. Du haut de mes petits 18 ans, avec aucune expérience en rien à part rester le cul sur une chaise et apprendre la santé publique, et avec la stressée que je suis, je m'attendais au pire (enfin à être plante verte quoi, l'inutilité incarnée). Ca c'est globalement le mood dans lequel j'arrive le premier jour (en retard évidemment, ayant eu du mal à trouver le distributeur de vêtements + en ayant fait 3 services avant de trouver le mien). 

 

 

Déjà, j'étais pas seule. J'avais rencontré ma co-stagiaire avant, du coup on était deux à galérer avec le DAV et à être en retard, et ça ça soude. Mon deuxième co-stagiaire, bah je l'ai presque pas vu la première semaine, il était dans un autre service où on l'a accepté en fait mdrrr comme on s'était pas concertés avant et qu'au final personne savait où c'était (même aujourd'hui on sait pas c'était lequel le "bon" service, c'est dire).

Je vais pas m'étaler sur la première semaine, parce qu'on a passé un SUPER stage vraiment. On a été accueillies super bien, on était avec une infirmière et un AS qui étaient adorables et venaient tout le temps nous chercher pour voir des trucs intéressants, des vrais sucres 😍. Je garde un si bon souvenir d'eux, je suis super fière d'avoir eu un premier contact avec l'hopital dans ces conditions. En terme de gestes infirmiers, on a fait globalement les prises de constantes, manipulé les kits à pansements, fait du nursing, vu et placé un ECG avec l'externe, assisté à une ponction lombaire entre autres. En fait c'était surtout humainement que ce stage était ouf. Quelques exemples :

 

  • Intégration dans l'équipe soignante : c'était ouf mdrrr ils savaient tous qui on était, des vrais stars quoi. Du coup on nous appelait dès qu'il y avait des trucs à voir, trop cool.
  • Y'avait un patient qui fumait dans sa chambre, genre vraiment ça se sentait à 63879 km, mais à chaque fois qu'on  lui demandait il niait, et le pire c'est qu'il niait si bien qu'on avait envie de le croire hahaha
  • Une patiente dépressive qui venait parce qu'elle n'"arrivait pas à avaler", mais en fait c'était psychiatrique selon les médecins, parce qu'ils n'ont rien trouvé dans les tests et qu'elle était une actrice en herbe : dès qu'on rentrait dans la chambre elle se mettait à pleurer genre SUPER FORT, en nous suppliant de faire des examens etc, alors que dès qu'on sortait elle se taisait complètement. Elle avait quand même vachement l'air de souffrir, du coup c'est vrai que ça m'a fait bizarre au début quand l'équipe soignante ne la croyait pas, j'avais l'impression que c'était un peu une injustice mais finalement c'est vrai que c'était louche son histoire.
  • Notre patiente coup de coeur : Mme J. Une dame anglaise, qui ne parlait pas français, atteinte de sclérose en plaques, d'obésité, de diabète, des oedèmes partout, des dizaines d'os fracturés, bref dans un état... pas terrible. Elle était incapable de bouger (big up à ma co-stagiaire qui lui a demandé "can you give me your arm" au moment de lui prendre la tension), alitée à vie. Elle venait à l'hôpital environ 3 mois chaque année pour l'évolution de sa maladie, mais même le reste du temps elle était dans son lit chez elle, du coup elle aimait bien être à l'hôpital parce que ça lui faisait des gens à qui parler. En plus elle était logorrhéique (elle peut pas s'empêcher de parler, elle parle vraiment, genre VRAIMENT en continu), du coup c'était trop mignon quand on lui nettoyait sa couche et qu'elle chantait en même temps (me demandez pas pourquoi mais oui je trouve ça trop mignon). Elle appelait l'aide soignant "cheeky boy" ça nous faisait trop rire avec ma co-stagiaire. Elle était SI ADORABLE 🥰. Trop gentille. Comme quoi des fois, c'est vraiment ceux qui en ont le moins qui donnent le plus. Et puis son mari était trop chou aussi, il venait assez souvent depuis le Gers pour lui apporter de la limonade (en soumsoum contre son régime alimentaire ptdrr) ou même juste regarder la télé avec elle ❤️. C'est beau de voir qu'il ne la lâche pas, c'est ça l'amour. Mme J. avait déjà émis le souhait de mourir il y a quelques années, et son mari la soutenait. Finalement, ça ne s'est pas fait, je sais pas pourquoi. Toute ma vie désormais, quand je nettoierai du caca ou que je masserai les oedèmes des gens, je penserai à Mme J., pour qui je le faisais limite avec plaisir, parce que même là elle était de bonne humeur mdrrr. Toujours à négocier un verre de limonade contre son verre d'eau hahahaha elle me faisait trop rire. 

Quand on est parties du stage, on a promis à l'équipe qu'on reviendrait les voir après le covid (visites interdites en ce moment, eh oui). Et on le pensait vraiment.

Avant de partir, on est allées voir Mme J., pour lui dire au revoir. On lui a juste dit "goodbye Mrs J., we're going, we're gonna miss you". Et là mon frère, elle nous a tapé son meilleur monologue, pendant 30 min (parce qu'on l'a interrompue haha mais sinon elle y passait clairement 2h). Elle a dit des mots vraiment forts : "restez comme vous êtes, vous êtes géniales, surtout ne changez pas, vous serez de supers médecins, vos patients auront de la chance de vous avoir" et j'en passe. Elle a pleuré. On a pleuré. J'ai vu cette dame 4 après midis dans ma vie, et elle nous lâche ça. Franchement là, j'ai compris que juste pour rencontrer des gens comme elle, j'étais heureuse de m'engager dans des études aussi loooooongues et pas faciles. Je me suis rappelée pourquoi j'étais là. C'est en ça que ce stage m'a vraiment fait du bien.

 

 

(bon finalement je me suis grave éternisée mdrr)

 

 

Après cette super séquence émotion, passons à la deuxième semaine : la désillusion (non j'abuse un peu mais dans l'idée c'est ça). Après avoir été habituées à ce qu'on en ait quelque chose à foutre de nous, c'était un peu une claque dans la gueule pour ma co-stagiaire et moi d'enfin réaliser qu'on servait à rien, et qu'on allait rien faire à ce stage si on allait pas chercher les personnes pour. Bon après c'est un peu normal, c'est juste qu'on est tombées de haut après l'impression que nous a laissé le premier stage, mais si on avait fait celui-là en premier ça serait pas si mal passé je pense.

Bon ce stage y'a quand même un gros côté positif : d'un point de vue purement "technique", ça a été super enrichissant et on a fait bcp plus de choses. Piqûres sous-cutanées, mesure manuelle de la tension, remplissage et changements de perf, changement de poches de stomie (bon ça je m'en serais bien passée mais voilà quoi), retrait de cathéters etc etc. Et puis on est allées au bloc !!! On y était pas en même temps, du coup on a pas vu la même opération. Perso, c'était pour moi sur une patiente qui faisait des descentes d'organes, avec son intestin et son rectum qui appuyaient sur son utérus et descendaient vers les membres inférieurs, à cause d'un cul-de-sac de Douglas trop distendu (le ligament qui relie utérus et rectum, la BDD tmtc). Il fallait du coup replier le ligament sur lui-même pour le rétrécir, et ainsi "rentrer un cul dans un ventre" comme me l'a si joliment dit l'interne qui s'occupait de l'opération. C'était assez impressionnant en vrai au début, mais j'ai adoré, on dirait de la viande les organes c'est trop satisfaisant (quand j'ai dit ça au chirurgien il a dit "AH C'EST UNE SANGUINE" jsp comment le prendre). 

 

Rentrons maintenant dans le vif du sujet :

 

  • Premier jour : on arrive, tout le monde est de mauvaise humeur, y'a l'infirmière qu'on était supposées suivre qui nous claque la porte au nez en entrant dans les chambres à plusieurs reprises, SUPER. Puis après on a su qu'en fait un de leurs collègues AS était mort dans la nuit, sans être particulièrement vieux ou malade, genre personne s'y attendait, il s'était juste endormi sans jamais se réveiller... Du coup bien-sûr on a tout mieux compris là. Mais c'est sur que pour nous, c'était pas l'idéal d'arriver dans ces conditions quoi.
  • Premier jour aussi : ma co-stagiaire se fait agresser verbalement par une patiente, qui lui demande de sortir de la chambre parce qu'évidemment elle a repéré qu'elle était typée maghrébine sous son masque. Sous le choc, elle sort et je reste dans la chambre avec l'infirmière qui lui demande en quoi ça la dérange, et la meuf dit dans le plus grand des calmes "moi elle ne me touche pas. Si elle veut soigner des gens, qu'elle aille les soigner dans son pays". Je sais pas quel genre de niveau de débilité il faut pour dire ça, mais bref.
    Le 22/09/2020 à 12:03, Stalneo a dit :

    Par contre ce point là que je viens de quote c'est vraiment ma phobie quand je pense au monde médical. Plus tard je souhaite travailler en libéral (pour le moment) donc pas de soucis. Mais quand il va s'agir d'internat ou d'externat je serai tellement incapable de me contrôler si j'entends des propos racistes, homophobes, misogynes et tout ce qui s'en suit.

    Crois-moi, tu vas en voir. Comme l'interne et la cadre du service sont d'ailleurs allés le préciser à cette chère madame (devant qui elle a d'ailleurs totalement soutenu ses précédents propos sans aucune honte), c'est l'hôpital PUBLIC, et on doit accepter de soigner et de se faire soigner par n'importe qui quand on y rentre. Public, ça veut aussi dire que statistiquement les patients représentent la population globale, et je me suis rendue compte ce jour là que nous on est habitués à traîner avec des gens un minimum cultivés, qui sont allés à l'école, qui acceptent les différences (parce que dans notre génération c'est quand même plus le cas, et on nous l'apprend). Or le vrai monde c'est pas ça. Et ma co-stagiaire me l'a bien dit quand elle m'a dit que des remarques ou des regards elle en prenait régulièrement, perso je m'en rends pas compte étant "blanche" (le pire c'est que de base je suis marocaine mais j'en ai pas l'air du tout donc personne le sait hahaha). Bref de toute façon, ce que cette dame n'a pas l'air d'avoir compris, c'est que "son pays" c'est la France au même titre qu'elle.

  • Bon après on a eu quelques autres péripéties avec l'équipe soignante mais ça rentre pas vraiment dans le cadre de l'intéressant pour vous donc je vais pas m'étaler, ça a juste contribué à notre perception moyenne du stage. Puis l'équipe parlait mal des patients une fois sortie des chambres, quelle horreur. Par contre on avait 2 étudiantes infirmières qui étaient là, et elles elles étaient adorables et beaucoup plus compréhensives, c'est elles qui nous on quasi-tout appris...

 

Mais après par rapport aux patients de ce deuxième stage, quelques anecdotes :

 

  • Y'avait un vieux monsieur beaucoup trop mignon qui galérait à appeler, je cite, "ses copains", alors que c'était parce qu'il avait juste pas leur numéro dans son tel (à clapet) ptdrrrrrr du coup il appelait tout le monde mais ça tombait jamais sur eux
  • Y'avait un monsieur qui était trop investi pour nous apprendre des trucs, une fois j'avais demandé à l'infirmière quand on était dans sa chambre si ça faisait mal d'enlever une sonde urinaire et c'est lui qui m'a répondu en me faisant un roman sur les douleurs de son pénis 
  • Y'avait un monsieur qui criait de "douleur" dès qu'on le touchait, on s'est aperçus que c'était de la comédie la fois où il a crié parce qu'il croyait que je le le touchais mais en fait j'avais même pas posé mon doigt sur la lame qui sortait de son ventre ptdr (qui servait à maintenir les modifs de la chirurgie). Et ce monsieur il faisait queeeeeee poser des questions genre TOUT LE TEMPS, il sonnait juste pour demander si c'était normal qu'il ressentait un picotement dans les doigts alors qu'il avait été opéré du ventre hahaha. Il posait les mêmes questions en boucle et du coup l'interne nous demandait avant qu'on entre dans sa chambre de prévoir une excuse pour partir au milieu lol.
  • Y'avait un monsieur qui nous parlait de ses exploits sportifs alors que maintenant il pouvait plus se lever... 

Voilà voilà.

 

 

Du coup globalement ce stage m'a appris plein de trucs, autant professionnellement que personnellement. J'en suis ressortie grandie. Faut encaisser, mais y'a aussi tellement de choses qu'on voit en position du soignant et qu'on ne voit nulle part ailleurs (clin d'oeil à Mme J.). 

 

Morale : foncez. Tête baissée. Le métier en vaut le coup, les humains en valent le coup (j'hésite pour la méchante dame qui a agressé ma co-stagiaire mais le reste oui en tout cas). Les humains c'est trop génial. Aucun jour ne ressemble à l'autre. Ce premier stage m'a appris à m'adapter à l'équipe et aux patients au delà des gestes techniques. J'essaie de n'en retenir que le positif.

 

Alors les poussins, croyez en vous, vous y êtes presque. Etre médecin, c'est stimulant autant intellectuellement qu'humainement. Même les cours en P2 c'est grave intéressant d'ailleurs. Je vous donne toute ma force, tout mon courage, mais vous en avez déjà beaucoup si vous avez réussi à me lire jusque là (non mais franchement bravo parce que là en terme de pavé y'a difficilement pire).

 

Je vous souhaite tout plein de réussite, je vous envoie plein de bonnes ondes, et sachez que votre meilleure force ça reste vous même ❤️ 

 

 

Link to comment
Share on other sites

  • Ancien RM
Le 09/11/2020 à 18:52, roxanecff a dit :

Oh woahhh ça fait rêver !! (sauf la madame raciste mais bon il y a des cons partout 🤷‍♀️)

 

Tellement hâte de vivre ça !!! si j'ai l'opportunité de le vivre un jour

oooooooooooooooooooooooh oui y'en a malheureusement

Mais oui accroche toi à ça, courage, tu as toutes tes chances si tu t'en donnes les moyens !! 

 

Le 09/11/2020 à 19:23, Soleilne a dit :

Trop adorable la patiente anglaise 🤧

je l'aime tellement

 

Il y a 20 heures, Petit_Bateau a dit :

Merci pour ton témoignage @Sarhabdomyocyte ! Très intéressant et très motivant ! 😍

❤️ 

Link to comment
Share on other sites

  • Membre du Bureau

Merci bcp pour ce témoignage @Sarhabdomyocyte ça fait rêver! (Sauf pour l'autre dame là effectivement, elle elle peut rentrer chez elle).

ça donne super envie! Je veux passer en P2 T^T

Je veux une mme J dans ma vie elle à l'air si chou 😍

Link to comment
Share on other sites

  • Ancien RM

coucou à tous mes loulous !!!!!

 

Les temps rudes des révisions approchant, je tenais à vous donner mon témoignage au sujet de mon stage infirmier que j'ai eu en début de ma P2 pour donner un petit coup de boost à chacun.

 

Donc comme à chaque fois : 2 services, en demi-journée, pour notre année pendant deux semaines (donc une semaine dans chaque service)

 

Alooooors, ça nous fait en tout 4 demi-journées dans un service, et 5 demi-journée dans l'autre, c'est très peu🥵

 

Je vais commencer un petit conseil avant de commencer : soyez curieux de tout, tout le temps, au pire on vous remballera, c'est pas grave, tant que vous ne blessez personne (donc il faut poser les bonnes questions aux bonnes personnes) car vous avez peu de temps, donc il ne faut pas le perdre à ne pas oser !

 

Ensuite, quand vous arrivez dans un service, c'est bien d'essayer de retenir le nom ou prénom en fonction de qui vous encadre, du plus de personnes possibles au sein du service, de comprendre sa structure, son fonctionnement et ses règles internes pour s'y plier le plus vite (et oui 4 demi-journées pour le premier service), et donc s'y intégrer aussi vite pour en apprendre toujours plus.

 

je vais lever le suspense sur les services dans lesquels je suis passé :

- Imagerie médicale à PPR (Pierre-Paul Riquet, c'est l'hôpital de Purpan)

- MPR (médecine physique et réadaptations) à Rangueil

 

Alors, en effet, ça ne fait pas rêver, je vous l'accorde, et j'avais de forts appropries sur ces stages et sur ces terrains, mais une fois dans les services....

 

Imagerie médicale, PPR

 

Je vais le faire jour par jour (donc demi-journée par demi-journée). Déjà j'avais sensé faire du 13H30-18h il me semble, mais tellement passionné parce que je faisais dans le services que je faisais du 12H30-13h à 19h-19h30, quand vous êtes intéressés on vous autorise à rester dans les services les plus souvent. Le service était divisé en deux parties, une de radiologie générale, et une de neuro-radiologie.

 

J'arrive gentiment avec ma blouse et mon pyjama blanc dans le service, et nous sommes accueillis par une chef de service qui nous explique le fonctionnement, nous montre la salle des internes pour se changer, ainsi que nos différents postes pour la semaine. Pour moi ce premier jour sonne comme Bloc opératoire !!!! Et oui, paf d'entrer au bloc au bout de 30 min à l'hôpital. Je suis tombé sur une super interne qui m'a tout présenté pour le bloc. En plus j'étais en tablier plombé car ce sont des opérations pour lesquelles on utilise de l'imagerie en direct, donc on se protège avec du plomb en plus du reste. Donc ça passe par la présentation avec le personnel du bloc, les règles d'hygiène, le lavage des mains (chirurgical !), la mise en place d'une tenue stérile, ect. ici l'opération constituait à mettre en place une picline. Mais keskec ??? Alors c'est juste un cathéter (un tuyau) que l'on fait passer par une veine du bras pour remonter jusque dans la cave supérieur pour directement injecter les produits ici. C'est une opération de routine et assez rapide. Donc bien évidement on est spectateur, on ne touche rien, ou alors on aide un peu en fonction du praticien dans le bloc. Mon interne étant fabuleuse, j'ai pu l'aider avec deux trois trucs pendant l'opération, et elle m'a fait des rappels anatomiques.

Une fois l'opération finie, nous sommes allés faire le CR (compte-rendu) de l'opération, nous laissant l'occasion de parler un peu de nos vies (et oui, tu échanges librement sur ta passion avec des personnes qui ont 10 ans de plus que toi, c'est pas merveilleux, le tout en se tutoyant).

 

Une fois ceci fait, elle m'emmena dans le second bloc de radiologie interventionnel, qui lui est spécialisé dans la neuro-imagerie. Je suis donc arriver lors d'une opération pour s'occuper de combler une anévrisme (dilatation d'une artère), cérébrale. Je n'ai bien évidement pas pu participer à l'opération. Mais en revanche, j'ai pu à l'aide d'internes et de manips radio apprendre à mieux lire les images, à connaitre les indications chirurgicales d'un anévrisme, et aussi les méthodes opératoires utilisées (coiling, web, ect) dans ce type de pathologies. 

On peut alors se poser la question : "mais tu n'es pas sensé faire un stage infirmier ?". oui, mais encore faut-il qu'il y ait des infirmiers, car en radio, il n'y que des manips, ou des personnes en médecine (externe, interne, PH, ect). Donc en fait j'ai fait beaucoup de médecine pendant mon stage, tout en travaillant mes actes infirmiers. 

 

En effet, je suis sorti tot du bloc (16h30), je suis donc parti rejoindre ma co-stagiaire. Et qu'est-ce qu'on a fait ? Beh on s'est entrainé à se piquer (poser des cathéters simples), d'abord sur un faux bras (c'est dus sytème D, mais chaque infirmier ou manips radio à de supers bonnes astuces pour vous entrainer), puis une fois les cash test fait, tu charcutes (ou pas !) ton co-stagiaire avant de te lancer sur les patients. On avait la chance d'^tre le jour des IRM pelvienne pour endométriose, qui demande de perfuser toutes les patientes. on a pu donc poser 3 perfusions chacun dès le premier jour. Puis, j'ai fini par me greffer à un interne devant un poste d'analyse d'image pour qu'il m'apprendraient des choses (souvent des rappels anatomiques, puis études des lésions, ils peuvent même prendre des anciens clichés pour vous montrer certaines pathologies, soit classique, soit rare, soit caractéristique pour que vous reteniez).

 

Donc je sors de cette première journée de stage super content, et près pour le lendemain.

 

pour le second jour, j'étais ne scanner et IRM. Je suis là beaucoup plus resté avec les manips radio, malheureusement peu de patients à piquer, j'ai donc aider à les mettre en place, puis un manip (coeur sur toi Olivier) m'a expliquer le fonctionnement des logiciels d'acquisition (pas ce qu'on voit en P1, là c'était du concret sur le fonctionnement de certains réglages). Puis, beh, on a parlé de nos vies, de leur vision du métier, de la mienne, de nos projets, bref de nous. Et que cette étape est pour moi super importante en stage. car elle permet d'en apprendre sur chacun, de créer de bonnes relations, et surtout d'apprendre à faire de preuve de modestie et de respect face à chacun dans un service. J'ai donc fait le ping-pong entre les différentes machines, finissant de temps en temps part me retrouver avec un interne sur un écran d'interprétation avec un interne, et ceci jusqu'à 19h, tu finis par connaitre du monde dans le service, et donc on te propose quand on te voit déambuler de te presenter certaines images spontanément.

j'ai eu le droit en arrivant à la présentation ses chefs par externe et un interne de cas cliniques, et donc d'expliquer les images avec un diagnostique.

 

 

Arrive le 3ieme jour, une véritable pépite. J'ai commencé avec une RCP (reunion pluridisciplinaire pour discuter de certaines dossiers) radio/rhumato, juste de 30 min. beh tu ne fais que apprendre pendant ces 30 min, et on peut te faire participer, en te demandant ce que tu sais ou non, vois ou non (ect).

Puis je suis allé en échographie interventionnel. En clair, c'est de l'écho, mais avec des objets (souvent pour faire des ponctions de certains tissus guidées par l'échographie, ou des injections intra-articulaires par exemple) à l'intérieur du corps. on n'est pas dans un bloc, mais tout ce qui rentre dans le curs doit être stérile ou quasi (c’est-à-dire qu'ils sont stériles, mais pas la piece totalement). Et donc j'ai appris à préparer tout seul le nécessaire pour certaines interventions sous forme de champ stérile (une table stérile avec des objets stériles). On en a profité aussi pour me montrer l'interprétation de certaines choses à l'échorégraphie. J'ai fini plus tot que prévu, donc jésus retourné direction le scanner et irm. Là j'ai pu piquer, et regarde l'analyse d'images. Mias en plus, cerise sur le gateau, une chef de service m'a invitée à assister à la soutenance de thèse d'un des internes du service qui avait lieu le jour même. Je me suis trouvé donc, seul étudiant dans le grand amphithéâtre de Purpan, avec la famille et les PUPH et co-interne du service à écouter sa soutenance, et le serment d'Hippocrate (eheh) dit à la fin pour que cet étudiant devienne doctor en médecine !

 

Le dernier jour fut un peu plus calme. Ce fut le retour en IRM et scanner avec des irm pelviennes (donc beaucoup de piqures à faire !) et d'image à aller regarder. On a été en plus pis à part par une chef pour nous montrer pendant une heure des clichés radio, puis on a enchainé sur une RCP radio-médecine interne (maladies rares et/ou polypatholgies complexes). onc comme les autres jours en scan/IRM, j'ai orbite entre les postes des internes et ceux des manips !

 

Voilà pour ma première semaine de stage, roaaaaad to la seconde semaine.

 

MPR (Médecine physique et réadaptation), Rangueil

 

J'étais donc dans le service de MPR à Rangueil pour cette semaine. Ici on accueille les patients qui ont besoin d'une infrastructure pour leurs rééducations, et de leurs soins. De plus, on est dans un service SSR (soin de suite et de rééducation) de neuro, donc la moitié des patients avec des AVC plus ou moins sévère. Et on voit des progrets fous chez certains patients.

 

Alors le premier jour, on découvre le service, des personnes adorables, paramed comme internes. On n'a jamais réellement fait de soins infirmiers, ou bien biens le travail d'aides soignants. Donc le premier jour on est mis 100% avec un aide soignant. Avec une fiche récapitulatif de nos patients dont 'on doit s'occuper. ici mon but était de vraiment aider mon personnel encadrant, en essayant de rendre les chose plus rapides pour eux. Donc ça prend du temps, mais quand à la fin d'une tournée on te dit que vous êtes allés plus vite que d'habitude, c'est que tu as réussi ta mission. Tu auras aussi la chance dans les services avec des patients hospitalisés pour certaines durées que tout le monde connait les patients, et que eux te connaissent (eh oui, ils savent que la piqure c'est toi aha). Donc, je passe ma matinée avec mon binôme AS adorable, qui m'apprend pleins de choses (toilettes, prendre le temps d'écouter les patients, ect).

 

Sur le second jour, on commence à faire un mi-temps entre AS et infirmiers. Donc par exemple, on ne fait qu'une tournée sur les deux de la matinée. Une tournée en soin infirmier ça correspond à quoi ? Prendre les constates de tout les patients, distribuer les traitements, et adapter en fonction des constantes (insuline et glycémie +++). Et en fait, tu commences à te répartir les taches avec ta. binôme inf, l'un prend les constantes, l'autre gère les TTT, ou alors chacun ses patients. Donc à la fin tu finis par connaitre tous tes patients, et tu discutes avec eux quand tu as le temps. Pour ce qui est des actes infirmiers (piqures par exemple), il faut venir tôt le matin (6h par ex) pour en faire, mais c'est super sympa, tu vois tout le monde dès le matin à la relève. Tu assistes aux transmissions entre les équipes. 

 

Pour le troisième jour, nous sommes dans un service pluri-disciplinaire pour la rééducation, avec donc des kines, des ergothérapeutes, des orthophonistes, ect. Nous avons suivi certains de nos patients dans leur séance, en plus de faire nos tournées classiques avec nos binômes infirmiers. On a pu donc faire de la kine et de l'ergo (enfin pas nous, le patient, nous observez juste dans un coin de la salle).

A coté de ça, on a beaucoup de patients alité, donc présentant des escarres, tu es alors au paradis pour apprendre à faire de bons pansements, surtout ceux d'escarres avec tes infirmiers préférés.

 

Pour le 4e et 5e jour, on a continuer fair comme les jours précédant en rajoutant plus de taches et d'indépendance au fur et à mesure des jours. En plus, le vendred, on a eu le droit à une visite, c’est-à-dire qu'un senior du service fait une sorte de consulte dans chaque chlore du patient, pour revoir chaque dossier et son avanceé pour ajouter la prise en charge. Et donc arrive beaucoup de questions pour les poti P2, mai c'est enrichissant et bien veillant. 

 

Elément indispensable dans ce service : il y a un putain de chat, c'est pas ouf ?!

 

donc voilà un petit tour d'horizon de mon stage infirmier de P2. J'ai pu faire énormément de choses, et j'en suis heureux. A la base déçu par mes services, j'ai su les apprécier et en tirer le plus de compétences et d'enseignements, c'était juste génial, comme un poisson dans une (grande) marre. Je sais pas, tu découvres/ continue si tu as déjà pratiqué en stage, une relation avec le patient qui est géniale. Tu commences d'ores et déjà à produire du soin, ce qui est très valorisant, et tu gardes justement ce statut de néo-P2 qui reste encore intermédiaire avec celui de tes futurs stage, car ici tu vises les filières paramed. 9a t'apprend donc de chacun, à savoir comment ils fonctionnent, et donc de mieux comprendre leurs besoins, quand tu seras emmener plus tard à travailler dans une équipe médicale dans un service. (En clair on t'enseignes : Apprends à être modeste avec tes étudiants en formation, tu es aussi passé par là, Apprends à respecter tes collègues, peu importe leur poste, et leur travail, ect; qui sont à la base d'un exercice serein dans la médecine, ou l'on dépend de chacun, mais ou chacun possède ses domaines 

 

voilà,

La bise

A bientôt 

Link to comment
Share on other sites

il y a 8 minutes, Hypnos a dit :

Imagerie médicale à PPR (Pierre-Paul Riquet, c'est l'hôpital de Purpan)

- MPR (médecine physique et réadaptations) à Rangueil

tu rigoles ou quoi!! le pieeeeed !! j'espère trop tomber sur la même chose ça avait l'air juste génial

les manips radio et les kines = les plus gentils de tout l'hôpital c prouvé scientifiquement :'))) 

bref merci pour ce super témoignage trop motivant!!!!

Link to comment
Share on other sites

il y a 11 minutes, virasolelh a dit :

les manips radio et les kines = les plus gentils de tout l'hôpital c prouvé scientifiquement :'))) 

manip radio?????????? les plus gentils?????????????

Sci Fi Lol GIF by Hallmark eCards

Révélation

non en vrai y'a des pas gentils partout mais j'ai quand même louché sur cette phrase hahaha

 

Link to comment
Share on other sites

il y a 13 minutes, Chat_du_Cheshire a dit :

manip radio?????????? les plus gentils?????????????

Sci Fi Lol GIF by Hallmark eCards

  Révéler le contenu masqué

non en vrai y'a des pas gentils partout mais j'ai quand même louché sur cette phrase hahaha

 

franchement ils sont pas méchants :')))))

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...
  • Ancien RM

Salut ! 🦁

 

On est à la semaine S et quoi de mieux qu’un petit témoignage pour se remonter le moral et se motiver à fooooooooond pour tout casser mercredi et jeudi !

 

Je vais essayer de vous la faire courte (car oui ce pavé a été modifié et était + long à la base) pour que vous ayez fini de lire le témoignage d’ici vos partiels mais je vais pas vous cacher que chaque minute de mes stages était extraordinairement extraordinaire 🥰

 

A l’inverse de @Sarhabdomyocyte, je me suis retrouvé en chir colorectale la première semaine et en médecine interne la seconde.

 

Je ne vais pas forcément essayer de vous raconter ça jour par jour mais plutôt patient par patient ou du moins les plus marquants mais il se trouve que je me rappelle de chaque visage, chaque nom chaque n° de chambre et de chaque histoire racontée tellement le rêve que je vivais m’émerveillait (en + j’alternais avec la tut rentrée donc c’était la vie de rêve).

 

Chir colorectale :

 

J’avais déjà fait la rencontre d’une de mes co-stagiaires avant pour qu’on soit à l’aise lors du premier jour. Le moment venu, nous arrivons en bombe, en tenue (oui on a pris des photos et vous ferez pareil) et on découvre notre troisième co-stagiaire, un homme incroyable lui aussi 😍 Nous voilà en train de courir pour débuter ce stage que l’on attendait tant, le pas déterminé (un peu démarche à la générique de dr house) vers le service tout ça pour se perdre dans l’hôpital... 👌 On rate le rdv avec la cadre de santé qui nous demande d’enlever la blouse car nous ne sommes « qu’en stage infirmier ». Comme vous le voyez, tout commence bien, on prend alors le tour de chambre en cours de route. 

On nous joint tous les 3 à une infirmière adorablissime au possible qui nous met direct a l’aise et nous fait entrer immédiatement dans le vif du sujet. 

 

RÉVÉLATION : Pour des raisons d’anonymat j’utiliserai leur n° de chambre mais sachez que leurs noms sont bien gravés dans ma petite tête.

 

Paf, nous voilà juste devant la chambre 532, notre infirmière nous fait une présentation pour savoir ce que l’on va faire : prise de constantes, injection sous cutanée et délivrance de médicaments. Elle nous fait entrer et on arrive à la file indienne en se cachant derrière l’infirmière. On se présente bien évidemment mais a l’impression de gêner au possible (là tu captes que tu sais rien faire malgré 1 an à manger des connaissances). Sauf que le patient est adorable, il nous accueille à bras ouverts et nous tape la tchatche (et oui, parler à un patient c’est une manière de les soigner, surtout quand ils n’ont personne à qui parler à cause du covid 😅). Il était hospitalisé depuis 34j à ce moment là et était prêt à rentrer pour une hospitalisation à domicile. Le premier contact avec le patient est donc pour nous formidable, inoubliable bien que nous ne faisons rien de technique car nous préférions visualiser. Une fois sortis de la chambre, je résume bien ce qu’on a fait : bouger notre bouche et mobiliser notre voix et pourtant mes deux co-stagiaires et moi nous regardons, on sait que l’on a vécu un moment fort, « notre » premier patient et je pense qu’à ce moment on s’est tous dits que l’on avait trouvé notre voie et que l’on était fiers d’en être là (donc là on en est qu’à 8h30 de la première demi-journée donc je vais essayer d’accélérer 😂). 

Et ça tombe bien parce que tout s’accélère, l’infirmière nous demande si on a bien vu ce qu’il s’était passé car « maintenant c’est à vous » qu’elle nous sort 😳 en mode on va piquer des gens eau calme ? Bah oui. C’est le rush, parce qu’à l’hôpital on manque de personnel donc pas le time d’être un boulet ! On arrive donc devant la chambre de notre deuxième patient, très sympathique bien que plus réservé et voilà que c’est à mon co-stagiaire de piquer, puis à moi (oh la la que je tremble, je sens que je vais faire une connerie) je plante le patient comme une fléchette, il me dit qu’il n’a rien senti et je me sens frais comme jaja (c’était de la chance pure ou il a menti parce que c’est le S), un petit pas mais un grand moment pour nous trois de piquer pour la première fois ! Je pense que vous l’avez vu en SSH, mais rendez vous bien compte que vous allez pratiquer un métier qui vous permettra de porter atteinte à l’intégrité physique d’une personne, d’un être vivant en face de vous, qui ressent la douleur et qui place sa confiance en vous. Voir que votre geste peut soulager provoque alors un immense sentiment de joie ! Surtout quand le patient vous en remercie et vous sourit 😊

On enchaine donc les prises de tension, les injections, on nettoie aussi qques plaies et j’ai affaire au fameux patient de @Sarhabdomyocyte qui était stressé comme un petit fou. Là aussi, je lui propose ma main pendant qu’on lui change le pansement, moment fort, si fort que je n’ai toujours plus de main à l’heure actuelle 😂 Il nous a tout de même remercié d’être bienveillants à son égard. Vous verrez que les patients vous loueront parce que vous les soignez. Cependant, au fond, c’était surtout moi qui les remerciait de leur consentement à ma pratique qui guidait mon apprentissage mais aussi de leurs paroles marquantes, touchantes, pleines d’humilité parfois et qui ne nous rendent que plus matures ! 🙇‍♂️(ui sa fé réflaichir un patian)

 

Voilà comment la première demi-journée s’est donc passée, dans le rush nous avons réussi à tout de même faire connaissance avec les patients et avons eu la chance de pouvoir être impliqués dans de nombreux actes de soin ! On a pu faire la rencontre de la team avec qui nous allions travailler toute la semaine grâce à ce moment de pause (qui a duré approximativement 5min sur les 5h de stage donc imaginez le quotidien de l’équipe soignante). 

 

Les journées passent (je vous coupe sinon c’est pas possible) et nous sommes autonomes, on est séparés et allons nous même dans les chambres des patients quand ils sonnent, parfois accompagnés des AS pour réaliser certains lavements. Pour le coup, ce service m’a permis de rentrer directement dans l’intimité la plus profonde des patients, qui parfois se font dessus et qui ont honte, qui doivent se mettre à nu, qui te racontent leur vie... Et toi t’es là, parfois tout seul dans la chambre, tu dois essayer de les réconforter. Tu fais face à la souffrance d’une personne qui est parfois incomparable à ce que tu peux imaginer, la peur de mourir, la peur de rester invalide, dépendants etc. Et j’avais pas beaucoup d’armes : mes oreilles pour écouter, ma petite tête de debilos souriant et mon humour ! J’écoutais les patients, discutais avec eux et si le contexte s’y prêtait je leur sortais mes blagues, mes meilleurs sourires des yeux (ouais logique on a le masque), je prends le temps de parler avec eux et je deviens pote avec eux, j’essaie d’aider à aller mieux. En bref j’essaie de faire preuve d’empathie ! Par exemple, « mon » premier patient (mon sang) qui a une histoire de vie si touchante avec plein de galères et un karma pour le coup ultra négatif mais qui gardait tout de même le sourire ! 🥲 En tant que soignant vous devenez leur confident, vous avez une position inédite ! Je passais 1h à parler avec lui parfois, assis à son chevet (bon je me suis un peu fait taper sur les doigts car on ne savait pas où j’étais pour le coup mais quand j’expliquais aux infirmiers ce que je faisais, ils étaient plutôt contents que je prenne ce temps d’aller voir les patients). Bref, tous les patients étaient trop mims et l’envie de quitter le service est = -∞. 🙁 Mais il faut bien retrouver « mes » pass adorés pour la tut’rentrée qui me tenait tout autant à cœur 😍 Alors comment faire pour passer + de temps dans le service ? Arriver + tôt !!!! Bien qu’habitant à 1h de l’hôpital je me réveillais à 4h30 pour être à l’hôpital à 6h, assister à la transmission (c’est à dire la relève de l’équipe de nuit par l’équipe de matin en prenant le temps d’expliquer la situation de chaque patient), prendre le petit déjeuner avec l’équipe soignante, blaguer avec eux aussi et ainsi créer une vraie cohésion. Certains patients rentrent chez eux, l’un après 26j de solitude dans sa chambre d’hôpital et qui pleurait à l’idée d’être sauvé et de retrouver sa femme (de joie hein, enfin je crois). Encore une fois, beaucoup de reconnaissance de leur part et pourtant c’est moi qui leur suis le plus reconnaissant grâce à tout ce qu’ils n’enseignent au travers de leurs histoires de vie et de leur consentement à ce que je pratique des soins sur leur corps. D’autres patients entrent, d’autres histoires de vie, d’autres blagues échangées, d’autres soins apportés et d’autres sourires affichés 😌 je me perfectionne ainsi dans les soins, je prends plus d’assurance (et je soigne donc mieux aussi sûrement, en tout cas je tremblais moins pour piquer). on se retrouve entre co-stagiaires pour se piquer entre nous (ouais on aurait dit des toxico sur le coup) et on en rigolait pas mal.

 

Viens le dernier jour, (oh no pas déjà) et alors que l’on était autonome et chacun de notre côté avec mes co-stagiaires, j’arrive donc à 6h, frais comme un gardon, je distribue les déjeuners etc et pendant mon tour de chambre, je vois ma co-stagiaire courir vers moi (aïe aïe aïe que pasa, je distingue au loin son sourire) « Max ça te dit d’aller au bloc ? Si oui c’est maintenant ou jamais ». Je regarde l’infirmière qui m’encadrait et qui me dit d’y aller sans même que j’aie pu poser la question ! On court se changer en tenue de blocs et on est alors séparés (mon autre co-stagiaire lui n’avait pas été libéré par son infirmier 😢) on assiste à une vésiculectomie (la vesicule biliaire est retirée), c’est fait en 2 temps 3 mouvements, emballé c’est pesé. L’ambiance au bloc pendant ces 30min était enormissime ça blaguait et c’était d’une décontraction inouïe alors que la vie d’un patient était entre leurs mains (parce que là pour le coup, on ne faisait rien si ce n’est ouvrir grands nos yeux devant l’interne qui opérait et qui nous expliquait en même temps ses manips). Petite pause post-opé, on discute avec lui, il nous parle de ses souvenirs de P2, de son parcours etc (et nous on était admiratifs of course). Il nous trouve sympa et nous propose d’assister à une deuxième opération mais chacun de notre côté. J’ai alors l’occasion d’assister à une colectomie (on retire un bout de colon car on pensait y trouver un cancer). Je me présente à la team et je suis direct bien intégré dans le bloc. On fait une coloscopie au patient pour trouver la tumeur mais on ne voit que dalle. Le chirurgien va donc opérer au FEELING car c’était l’opération de la « dernière chance ». Une fois le colon enlevé après + de 3h de manip (qui m’ont parues durer 30min tellement c’était passionnant), le chirurgien et son interne inspectent attentivement le bout de colon, cm^2 par cm^2 à la recherche de la fameuse tumeur. Et après deux inspections, on ne trouve rien... L’opération était ratée, la tumeur non enlevée, un bout de colon ôté pour rien et donc une chirurgie lourde avec aucun bénéfice. L’ambiance est au + bas dans le bloc (bizarrement je lâchais pas mes blagues) mais le chir décide de revérifier une dernière fois et BINGO il la trouve !!!! Le bloc explose de joie car oui, trouver un truc qui ressemble à rien et qui fait même pas 1mm en surface, c’était le signe qu’il avait réussi à sauver la vie du patient (et cela grâce à son feeling 🤩). L’opération se termine dans l’euphorie et l’heure tourne, nous avons vu l’essentiel et il ne reste plus qu’à recoudre. Je cours donc vite à la tut’rentree retrouver les étudiants en pass que je chéris tant, les étoiles dans les yeux mais sans repasser par le service (sinon je me serais fait taper par le bureau du TAT pour le retard). Le soir même, vers 18h, et après la fin de la dernière journée de tut’rentree donc, je n’avais pas fait signer ma fiche de stage. Il fallait que je retourne à l’hôpital ! 🙃 Je me rends à ce dernier. Je devais y rester 5min pour cocher qques cases et obtenir une signature. Les patients me manquaient trop. Je repars seulement à 21h du service après avoir un petit peu aidé l’équipe soignante qui était alors dans le rush, l’avoir chaleureusement remerciée pour son accueil au sein du service et laché mes dernières blagues  aux patients, signes d’un ultime remerciement que je leur ai témoigné par la suite.

 

 

PS : je voulais vous écrire ce témoignage en entier mais il est actuellement 2h20 au moment où j’écris et je suis archi désolé de ne pas avoir fait + court. Néanmoins chaque partie me paraissait importante et indispensable au récit. J’essaie de vous envoyer la deuxième plus tard (peut-être pour les prochaines révisions).

 

Des bisous à vous tous ! Je vous love fort 😍 Vous êtes les meilleurs et sachez que le travail que vous fournissez actuellement paiera et que lors du stage vous en serez fiers 😉

Link to comment
Share on other sites

  • RM
il y a 28 minutes, Clochette a dit :

vous voulez que je vous fasse un joli témoignage ou vous en avez plus rien a péter ?

ça rebooste le moral comme jamais, t'imagines même pas (fin si sûrement vu que t'as dû les lire aussi en P1 mais t'as capté)

Link to comment
Share on other sites

  • RM
Il y a 6 heures, Funk_Cor-Noel a dit :

ahahah j'aurais adoré te lire mais ca attendra la semaine prochaine le temps de scroll etait trop long

Hahaha la meme, faut pas déconner on a un exam a réviser 😅..

Mais j'ai mis la page en favori ; ça motive de voir plus loin que juste cette année, on se rends compte qu'on fait pas ça pour rien 🤞

Link to comment
Share on other sites

Merci @Magic j'en ai eu des frissons c'est incroyable 🙏

 

il y a 38 minutes, Clochette a dit :

coucou les loulous, j'arrive (très) en retard ( @LAmi_Omelette je t'interdis de dire quoi que ce soit) mais... vous voulez que je vous fasse un joli témoignage ou vous en avez plus rien a péter ? ❤️ 

 

Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiii s'il te plaît 🙏

Link to comment
Share on other sites

  • Ancien RM
1 hour ago, Clochette said:

coucou les loulous, j'arrive (très) en retard ( @LAmi_Omelette je t'interdis de dire quoi que ce soit) mais... vous voulez que je vous fasse un joli témoignage ou vous en avez plus rien a péter ? ❤️ 

 

elle se fait désirer en plus

Link to comment
Share on other sites

il y a 3 minutes, virasolelh_de_nouel a dit :

j'ai chronométré ça m'a pris 3min vous abusez de ouf

 

L'exam ou le magnifique témoignage de @Magic ? :'))) 

 

Merci beaucoup ❤️ vous nous motivez de ouf vous êtes les meilleurs  (on attend la suite avec impatience!!)

 

il y a une heure, Clochette a dit :

vous voulez que je vous fasse un joli témoignage ou vous en avez plus rien a péter ? ❤️ 

 

Oui s'il te plait 🥺 on s'en lassera jamais ♥

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.
Note: Your post will require moderator approval before it will be visible.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...